Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Les Verts d' Aubervilliers
  • : Le Blog de Jean-François Monino, élu Maire Adjoint d'Aubervilliers, est là pour vous informer de son action dans les domaines aussi variés que l:'environnement, les transports, la sécurité, la prévention, la gestion des déchets et les relations internationnales
  • Contact

Profil

  • Jean-François Monino
  • Maire adjoint à la Ville d'Aubervilliers aux travaux,à la Voirie.
Vice Président à Plaine Commune
Président de l'association Aubervilliers Environnement - Aubervilliers Ecologie.
  • Maire adjoint à la Ville d'Aubervilliers aux travaux,à la Voirie. Vice Président à Plaine Commune Président de l'association Aubervilliers Environnement - Aubervilliers Ecologie.

Recherche

Archives

23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 15:01

Bilan des six premiers mois des élus Verts d'Aubervilliers:

Alors que les produits « verts » sont à la mode, et que la télévision ne cesse de nous vanter les mérites de telle « voiture propre » ou de telle « énergie propre », nous réaffirmons haut
et fort que l’écologie ne saurait être un supplément d’âme du capitalisme. La crise économique et environnementale s’accélère terriblement, on a pu l’observer ces dernières semaines, et face à elle, l’écologie consiste en une réponse globale, nouvelle idéologie du 21ième siècle seule porteuse d’espoir sur une planète en danger
.

Aubervilliers, de par son histoire et son environnement, passé et actuel, reste aujourd’hui une « terre de mission » pour l’écologie : terrains dévastés par l’implantation d’industries polluantes laissant en héritage un environnement dégradé, nombreux quartiers populaires dont les habitants, précarisés, sont les premières victimes de la crise économique actuelle, urbanisme marqué encore par l’idéologie du tout béton des Trente Glorieuses, etc.
Dans ce contexte, nous, Verts de la ville, nous concevons comme les premiers missionnaires de cette écologie au quotidien qui, du local au global, cherche à changer la vie, non pas pour « vivre moins » comme le laissent souvent entendre nos détracteurs, mais pour « vivre mieux ».

Les anciennes
majorités municipales n’avaient sans doute pas pris suffisamment en compte l’ampleur des enjeux qui se dessinent en ce début de siècle. A l’échelle de la ville, nos cinq élus Verts
essayent depuis maintenant six mois, à leur niveau et dans le cadre de leur délégation,
d’impulser une politique écologique nécessaire à notre temps : amélioration progressive du cadre de vie, maîtrise de l’énergie, amélioration des offres de transports dont priorité faite aux circulations douces (vélos, etc.), nouvelles filières d’emploi, économie sociale et solidaire, démocratie participative, etc.

Voici leur témoignage pour un bilan succinct de leurs six premiers mois à la mairie d’Aubervilliers :


Jean-François MONINO : 2ème adjoint au maire, en charge de la voirie et des travaux, de la mise en œuvre de l’Agenda 21, président de la commission d’appel d’offres :

« Depuis le début de mon nouveau mandat au printemps dernier, je m’efforce de faire prévaloir une « vision verte » auprès de tous mes interlocuteurs. Ainsi, en tant que président de la Commission d’appel d’offres, je pousse à l’insertion de clauses environnementales dans tous les appels d’offre de la ville. C’est le cas par exemple pour les illuminations de Noël 2008 et ce sera le cas pour tous les futurs appels d’offres.

Ensuite, au niveau des bâtiments communaux, un bilan énergétique est en cours, qui va permettre de mettre en place un plan climat énergie pour effectuer toutes les économies d’énergie possibles dans les locaux de la ville, à l’heure où le grand public commence tout juste à prendre conscience de la « crise énergétique » qui s’annonce.

Concernant les véhicules municipaux, une rationalisation est en cours pour faire cesser tous les abus que l’on pouvait constater sous les anciennes mandatures (voitures de la ville à usage privé pour les agents municipaux durant leur week-end par exemple). J’ai obtenu à cet effet la mise en place d’un contrôle d’accès au service technique municipal afin de limiter la consommation d’essence et l’utilisation exagérée des véhicules communaux.

Quant aux différents travaux municipaux, j’ai initié une remise à plat des finances en matière de voirie publique, d’économie d’énergie et de grands travaux.

Pour les cyclistes albertivillariens, sur la place de la mairie existent dorénavant des arceaux pour pouvoir garer des vélos.

J’essaye également de recréer des liens privilégiés avec la communauté d’agglomération (Plaine Commune), dans laquelle Aubervilliers peut porter une parole forte, mais également des partenariats renforcés avec des villes alentour (Paris, Pantin), dans le cadre des discussions sur le Grand Paris, du projet de campus universitaire Condorcet, ou encore du centre aquatique Olympique pour lequel je suis membre du jury de maîtrise d’œuvre. Ainsi a été choisi un projet d’excellence environnementale (panneaux solaires, recyclage de l’eau, pas de parking supplémentaire, pour favoriser les transports en commun).

Concernant les autres grands travaux à venir et qui vont bouleverser en profondeur la vie des Albertivillariens, l’arrivée du Métro (ligne 12), l’aménagement de la Porte de la Villette ou encore la construction du centre commercial d’Aubervilliers, nous restons particulièrement attentifs quant à leur réalisation selon le respect des règles définies par l’Agenda 21. 

Enfin la régie de quartier d’Aubervilliers a été retenue pour un appel d’offre de Plaine Commune concernant l’insertion par le travail. »

En tant que Président du groupe des élus Verts d’Aubervilliers, je suis d’ores et déjà fier du travail accompli, mais il faut encore accélérer la cadence car les enjeux sont phénoménaux.

Christine RATZEL : 11ème adjointe au maire, en charge de l’économie solidaire, du commerce équitable, de la coopération décentralisée et du conseil local sur la prévention des exclusions et la promotion de l’économie solidaire.

«Alors que la crise économique mondiale s’accélère et que la planète finance semble être devenue complètement folle, la délégation qui m’a été confiée est on ne peut plus stratégique. Je suis en effet en charge de l’économie sociale et solidaire, nécessaire par les temps qui courent. Par définition, l’objet de ma délégation est très transversale et recoupe ainsi les prérogatives d’un grand nombre d’autres élus, me permettant de travailler en collaboration avec l’ensemble de l’équipe municipale.

Pour m’aider dans ma tâche, développer le secteur de l’économie sociale et solidaire à Aubervilliers (qui regroupe toutes les activités, entreprises, associations, mutuelles, fondations, etc., dont le but premier n’est pas d’engranger du profit), je bénéficie de l’appui précieux de Christophe Laplace-Claverie, chargé de mission solidarité à Aubervilliers.

Après avoir effectuée un inventaire de toutes les initiatives d’économie sociale et solidaire existant sur la ville, avoir établi tous les contacts nécessaires avec les personnes pertinentes (CCAS, associatifs, citoyens engagés sur la question, régie de quartier, autres collectivités territoriales ayant développé fortement l’économie sociale et solidaire comme la ville de Nantes, etc.), nous cherchons à développer l’économie solidaire à Aubervilliers : revalorisation et tentative de développer et valoriser plus fortement l’épicerie sociale Epicéa (pour travailler notamment plus en profondeur la question de l’aide alimentaire), aide et appui aux boutiques de quartier, partenariat privilégié avec la régie de quartier de la Maladrerie, « initiative d’intelligence populaire » comme le dit très justement Azouz Gharbi, le directeur de la régie. C’est un lieu d’entraide et de soutien par et pour les habitants du quartier.
Des régies fonctionnent un peu partout en France et sur les exemples existants, il s’agit de développer des métiers d’entraide et de solidarité avec la régie pour faciliter notamment la vie des habitants du quartier de la Maladrerie. 

Tous les commerçants de la ville sensibles à la thématique du commerce équitable  pourront également être associés au développement de celui-ci sur Aubervilliers. Cela peut passer par exemple par le biais de cafés équitables servis sur les comptoirs albertivillariens. Nous cherchons bien entendu également à développer le commerce équitable au sein des services municipaux.

Une de nos missions fondamentales est également de lancer, à l’occasion de la Journée mondiale du refus de la misère, le 17 octobre 2008, le premier Conseil local de prévention des exclusions et de promotion de l’économie solidaire (CLPEPES). Ce conseil consiste en une forme locale (sur la ville d’Aubervilliers) du Conseil national des Politiques de Lutte contre la Pauvreté et l'Exclusion (le CNLE, créé en 1989 dans le cadre de la loi instituant le revenu minimum d’insertion (RMI)). En lien direct avec la mairie, ce conseil dont j’ai d’ores et déjà la charge aura pour mission ambitieuse de mettre en œuvre concrètement et efficacement la politique locale de lutte contre l’exclusion et de promouvoir l’économie solidaire avec ses partenaires pertinents : régie de quartier, REALISE, Maison des solidarités, CCAS, etc.

Enfin, ma délégation comprend la coopération décentralisée. Aubervilliers est jumelée avec des villes étrangères, Beit-Jala, en Palestine, Boully en Mauritanie, Iéna, en Allemagne
et Empoli en Italie. Ces jumelages permettent de développer, au travers d’échanges réguliers, des liens de solidarité et d’amitié avec les populations qui y vivent et de s’inspirer éventuellement de ces expériences étrangères pour développer notre politique locale. Je me suis ainsi rendue à Iéna au début du mois d’octobre 2008 afin d’y rencontrer notamment les acteurs locaux de l’économie sociale et solidaire, secteur particulièrement développé en Allemagne. Je travaille également depuis 2007 sur un projet d’adduction d’eau pour la ville de Boully, financé par le SEDIF (Syndicat des eaux d’Ile de France). La coopération décentralisée se développe dans une collaboration très étroite avec le service municipal de la vie associative et des relations internationales. Une réflexion est en cours sur de nouveaux jumelages et le renforcement certain de ceux qui existent déjà. Cette coopération s’envisage de façon horizontale, ne se cantonnant certainement pas à des rencontres entre élus locaux des différentes villes mais devant être directement menée par et pour les citoyens albertivillariens et les habitants des municipalités étrangères. Les échanges de ce type permettent une émulation productive et fournissent un laboratoire d’idées dans lesquelles puiser pour développer intelligemment notre ville. » 

Teddy Maiza : 17ème adjoint au maire, en charge de l’environnement, de l’économie d’énergie, du respect des espaces publics, du stationnement, de l’embellissement de la ville et des quartiers Sadi Carnot-Firmin Gémier/ 4 Chemins-Villette :

« Depuis l’élection de mars 2008, j’ai, dans le cadre de ma délégation (en charge de l’environnement), initié une démarche autour des jardins partagés sur le modèle de ce qui s’est fait à Paris ces dernières années (jardins d’Eole par exemple, etc.). Il s’agit de transformer les espaces publics délaissés ou à l’abandon en jardins partagés mis à disposition des habitants ( jardins familiaux, d’insertion, solidaires, éducatifs ), en s’inspirant de l’expérience parisienne largement concluante (il existe aujourd’hui environ 60 jardins partagés à Paris). Mais qu’est-ce qu’un jardin partagé ? C’est un jardin de proximité, géré et animé par une association qui propose des activités collectives de jardinage. Il peut s’agir de jardins collectifs d’habitants ou familiaux, de jardins pédagogiques et/ou d’insertion.

Le jardin partagé s’inscrit dans une démarche participative pour renforcer le lien social et le respect de l’environnement. J’ai donc pris contact tant avec la ville de Paris qu’avec des personnes ressources en matière de jardins partagés comme Laurence Baudelet, sociologue et co-fondatrice de l’association Graine de Jardins. Cette dernière nous conseille sur la faisabilité et la mise en œuvre de jardins partagés à Aubervilliers et nous a accompagnés notamment à Chaumont/Loire, le dimanche 5 octobre 2008, pour y visiter des jardins dans le cadre du Festival International des Jardins (à cette occasion, une soixantaine d’habitants d’Aubervilliers ont pu visiter Chaumont/Loire, ses jardins et son magnifique château Renaissance lors d’une journée gratuite avec repas offert le midi). Après avoir effectué un premier inventaire des terrains, plusieurs jardins partagés sont d’ores et déjà en cours de réalisation sur la ville (un premier projet au Landy, deux à Cochennec/Prés-Clos, un à La Villette et un autre dans le square Stalingrad). Ceux-ci seront ensuite à la disposition des habitants, tant pour découvrir le jardinage et les espaces verts que pour éduquer les générations actuelles et futures à l’environnement. Toutes les expériences menées ailleurs nous ont montré la pertinence de ces jardins partagés. Pour pérenniser leur existence, la priorité est donnée aux espaces verts de l’OPH d’Aubervilliers et un contact est en cours avec les autres bailleurs sociaux de la ville.

J’ai participé également à la mise en place du plan communal des nuisances sonores en quatre volets dont les recommandations seront incluses dans le plan local d’urbanisme (PLU). 

Dans ma délégation est également inscrite la promotion du respect des espaces publics. Il s’agit de mener une réflexion globale sur la notion d’ « espace public » en termes d’actions de prévention (lutte contre les ventes à la sauvette, les incivilités, etc.), d’équipements (local, toilettes publiques, pigeonnier écologique, etc.) et d’acteurs pertinents (services communautaires et communaux, associatifs, riverains, etc.). Dans ce cadre, la création d’un service d’éducateurs environnementaux en liaison avec les milieux éducatifs et scolaires est envisagée.

Concernant le volet « économie d’énergie », une réflexion est en cours avec les autres élus sur la mise en œuvre d’une politique locale d’économie d’énergie ambitieuse : les collectivités locales sont en effet consommatrices d’énergie pour leur propre patrimoine, organisatrices et concédantes des économies d’énergie sur leur territoire et aménageuses (création de nouvelles ZAC d’activités, d’habitation, d’implantation de bâtiments publics). Elles peuvent aussi produire de l’énergie, notamment à partir d’énergie renouvelable. Elles doivent donc montrer l’exemple et également inciter les habitants à maîtriser leur propre consommation d’énergie. Un état des lieux est en cours pour restructurer le suivi de la maîtrise des énergies, non satisfaisant à l’heure actuelle. Il s’agit de passer de la comptabilisation des dépenses énergétiques à une meilleure ingénierie de la gestion des flux, mais également d’intégrer la géothermie, en partenariat avec Paris (forages en cours au sud d’Aubervilliers) et La Courneuve.

Une étude de faisabilité sur le solaire thermique et photovoltaïque pour équiper les bâtiments municipaux et mettre en place une veille technologique sur les pratiques innovantes (éclairage photovoltaïque, éolien urbain, puits canadiens, etc.) a été initiée. Rappelons qu’en France, l’éclairage public représente 50% de la consommation d’électricité annuelle des villes et 23% de l’ensemble des dépenses en énergie des municipalités.

Concernant enfin le stationnement, aérien comme enterré, un chantier s’ouvre quant à l’harmonisation du plan communal de stationnement avec le plan communautaire de stationnement actuellement en cours. »

Sylvain ROS : Conseiller municipal, 13ème vice-président de Plaine Commune en charge des déchets et du recyclage :

« Dans le cadre de ma délégation, je suis responsable d’un budget de 30 millions d’Euros émanant de la TOM (taxe sur les ordures ménagères), regroupant la collecte et l’élimination des déchets. Le renouvellement des marchés de collecte doit en effet intervenir en 2010. Il s’agit pour moi d’améliorer la qualité de la prestation de la collecte collective des ordures ménagères dans le cadre d’un projet d’harmonisation sur l’ensemble du territoire de Plaine Commune.

Je suis plus particulièrement le projet de troisième déchetterie pour Plaine Commune en cours de réalisation, et qui sera situé à Epinay/Seine.

Mais l’objectif principal, pour nous les Verts, consiste à tout faire pour réduire les déchets à la source. Il faut en effet ne pas oublier qu’aujourd’hui moins de 10% des déchets sont triés sur le territoire de notre communauté d’agglomération, alors qu’en moyenne 50% de ce qui remplit nos poubelles peut être recyclé. Pour les Verts, l’objectif à atteindre est d’arriver à 30% de tri dans les ordures ménagères en relançant les campagnes de tri.

En parallèle du tri, c’est toute une économie des déchets qui est mise en place par le Syctom (syndicat intercommunal de traitement des ordures ménagères de l’agglomération parisienne) : recyclage du verre à 70%, du papier d’imprimerie à 100%, du plastic en PVC pour les gouttières et autres canalisations, de bouteilles pour certains vêtements, etc.

Dans le cadre de mon mandat, j’ai initié également l’amélioration du tri papier dans toutes les administrations publiques de Plaine Commune, de la bibliothèque aux mairies en passant par le siège de Plaine Commune. Moins de déchets et plus de recyclage.

Nous tentons notamment de mettre en place une tarification incitative qui est un moyen pertinent pour augmenter la valorisation matière des déchets ménagers.

Une campagne de sensibilisation auprès du grand public sur le thème des déchets est également en cours pour novembre 2008, sur le thème de la nécessité de réduire à la source nos ordures ménagères. « Le déchet écolo est celui qui n’existe pas ! ».

J’ai également pour objectif de visibiliser, de valoriser et de multiplier par trois les « ambassadeurs du tri ». Ce sont des personnes qui suivent l’évolution des collectes d’ordures et qui interviennent directement auprès des particuliers. Il en existe actuellement six sur Plaine Commune. Il s’agit de permettre la création de toute une pépinière d’emplois dans le secteur des déchets.

Je suis particulièrement les dossiers des usines de méthanisation en cours de réalisation au Blanc Mesnil et à Romainville, qui ouvriront d’ici 2010.

Pour finir, j’ai entamé un travail de sensibilisation sur la main d’œuvre sans papiers, ses conditions de travail et sa situation administrative, très nombreuse dans le secteur des déchets. »

Odile Fournier : 18ème adjointe au maire, en charge des transports, des déplacements urbains, du plan de circulation et du développement des circulations douces:  

« Depuis les élections de mars 2008, je suis en charge de par ma délégation du suivi de la politique des transports d’Aubervilliers. Nombre de transferts de compétences ayant été délégués à Plaine Commune, ma tâche consiste entre autre à superviser au mieux les relations entre la communauté d’agglomération et notre ville. Dans ce cadre, je participe à la plupart des réunions organisées entre Plaine Commune et ses services, les services de la ville, les autres collectivités territoriales (Mairie de Paris par ex.)  et les entreprises prestataires de service (SNCF, RATP, JC Decaux, etc.,).

D’autre part, le vélo en libre service arrivant très prochainement à Aubervilliers, je suis particulièrement attentive aux différents plans d’emplacement proposés dans le cadre du comité Vélo, cellule de concertation composée d’élus référents de chacune des villes de Plaine Commune. Sur le modèle de Paris, le Vélib’ doit en effet être mis en place à Aubervilliers d’ici la fin de l’année, et au printemps 2009, un système du même type développé par l’entreprise JC Decaux existera pour l’ensemble du territoire de Plaine Commune.

Toujours dans le cadre de ma délégation aux transports, je participe activement aux réunions de concertation des élus franciliens pour l’éventuelle mise en place de la voiture en libre service (ou « Autolib’ ») pour Paris et l’Ile de France.

Je suis également l’élaboration du projet Tram’Y sud, prolongement du tramway T3 (St Denis/Epinay/Villetaneuse) jusqu’à Paris et qui passera par Aubervilliers. Ce projet s’inscrit en effet pleinement dans la nécessité de développer les transports en commun dans le département de Seine St Denis pour désenclaver le territoire vis-à-vis de Paris et inciter à la diminution de la circulation automobile.

De même, je suis attentive aux différentes évolutions du prolongement de la ligne 12 du métro de la Porte de La Chapelle à la mairie d’Aubervilliers, collaborant avec la communauté d’agglomération et la RATP.

Concernant la Gare RER Aubervilliers/la Courneuve, je participe au projet de réhabilitation de celle-ci afin d’en faciliter l’accès aux personnes à mobilité réduite.

Enfin, j’ai sollicité auprès de la communauté d’agglomération une étude technique accompagnée d’un schéma directeur concernant la faisabilité d’un maximum de pistes cyclables pour la ville d’Aubervilliers. En effet, sachant que le vélo en libre service (VLS) arrive dans notre ville, il faut rappeler qu’il n’existe à l’heure actuelle que 12 km de pistes cyclables pour l’ensemble des huit villes de Plaine commune, soit 1,5 km pour Aubervilliers. Je tiens particulièrement à ce que ces pistes et voies cyclables soient élaborées en cohérence avec les nouveaux projets de la ville (campus Condorcet, centre commercial de la Porte d’Aubervilliers, nouvelles stations de métro ligne 12, centre aquatique olympique, etc.,). »

Pour plus d’informations, veuillez contacter Benjamin JOYEUX, collaborateur des élus Verts à la mairie d’Aubervilliers, ou Chantal FERRARA, secrétaire des élus Verts :

Benjamin JOYEUX

 Tél. : 01 48 39 50 43

 Mail : benjamin.joyeux@mairie-aubervilliers.fr

 
Chantal FERRARA

 Tél. : 01 48 39 52 10

 Mail : chantal.ferrara@mairie-aubervilliers.fr

Partager cet article
Repost0

commentaires